La carie et ses conséquences

Le leucome précarieux

C'est le stade qui précède la carie. Les micro-organismes de la bouche ont dissout l’émail, formant une tache blanche qui peu à peu, va devenir marron : à ce stade, il n'y a pas ou peu de sensibilité.

Solution : le leucome précarieux est réversible avec la prophylaxie, donc il n'y a pas lieu de faire une obturation.


La carie dentaire

Lorsque la carie attaque la dent, elle s’approche de la pulpe, c'est-à-dire du nerf. La dent devient sensible aux aliments (surtout au sucre). Elle devient également sensible au froid et un peu au chaud. c’est le syndrome dentinaire.

Solutions : l'obturation pour les petites caries, l'inlay ou l'onlay pour les caries moyennes. En cas de délabrement important, il conviendra de poser une couronne sur dent vivante.
 


La pulpite

La carie s'est développée jusqu'à atteindre le nerf. A ce stade, celui-ci réagit par une inflammation très douloureuse. C'est la rage de dents, appelée pulpite dans le jargon médical.

Solution : faire réaliser en urgence une ablation du nerf (pulpectomie), puis un traitement de la racine de la dent. Ensuite, selon l’état de la dent, une reconstitution et une couronne seront nécessaires.
 


La nécrose pulpaire

Une fois qu'elle a atteint tout le nerf, l'infection peut s'étendre à l’os. La douleur est très intense et souvent irradiante.

Solutions : faire effectuer un traitement de racine, qui consiste à nettoyer et désinfecter les canaux de la pulpe, et à remplacer celle-ci par des produits antiseptiques étanches. La dent est abîmée en profondeur et est devenue fragile. Il faudra faire une reconstitution et poser une couronne.
 


Si l’étanchéité des restaurations n'est pas bonne, il peut y avoir réinfection. Ce sera alors une nouvelle carie, des douleurs, avec apparition possible d'un abcès ou d'un kyste.

Il arrive souvent que les dents portant de grosses restaurations se fracturent lorsqu'elles ne sont pas protégées par une couronne.